cinema passion

vous aimez vous detestez,parlons-en
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Bourvil 1917-1970

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
mamimelle
modérateur
modérateur
avatar

Nombre de messages : 1787
Age : 68
Réputation : 0
Date d'inscription : 25/09/2005

Feuille de personnage
CINE PASSION:
50/100  (50/100)
JEUX:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Bourvil 1917-1970   Sam 13 Mai 2006 - 10:03

je viens de trouver ce site sur Bourvil

On y trouve sa carrière films, chansons, opérettes ,sketchs.........

http://users.skynet.be/bourvil/
Revenir en haut Aller en bas
Cassandre
cinéma-passion
cinéma-passion
avatar

Nombre de messages : 19597
Age : 51
Localisation : Meurthe et Moselle
Loisirs : Egypte ancienne, Grèce Antique, littérature
Réputation : 14
Date d'inscription : 07/03/2005

Feuille de personnage
CINE PASSION:
100/100  (100/100)
JEUX:
5/100  (5/100)

MessageSujet: Re: Bourvil 1917-1970   Sam 13 Mai 2006 - 15:02

Excellent site Mamimelle, je conseille la visite !!

André Zacharie Raimbourg dit "Bourvil" est né le 27 juillet 1917. Orphelin de père, celui-ci fût tué sur le front, André vit avec son frère René et sa mère à Pretôt-Vicquemare où ils sont fermiers. Sa mère décide de revenir dans son village natal "Bourville" où elle se remarie. C'est dans ce cadre paisible et rural que les enfants Raimbourg connaissent une vie heureuse.

André est reçu brillamment à son certificat d'études, mais son violon d'Ingres reste de chanter et de faire le pitre, voire jouer de la musique sur n'importe quel instrument. Son entourage désire lui faire poursuivre des études, mais il refuse catégoriquement et s'en va jouer de l'harmonica, de l'accordéon, du cornet à piston au sein de la fanfare du chef-lieu de Canton.

Il cherche un métier, la boulangerie ? pourquoi pas; il devient mitron pendant deux ans. Puis il monte à Rouen toujours en qualité de boulanger et s'inscrit dans l'harmonie municipale. Le 24ème régiment d'infanterie à Paris recherche des engagés volontaires et l'incorpore à 20 ans dans sa clique. Il fait merveille au piston, au clairon et à la trompette,mais n'oublie pas une certaine forme de spectacle incarnée par le grand Fernandel qu'il a pu récemment applaudir au cirque de Rouen.

En 1938, nous sommes à l'apogée des jeux radiophoniques (crochets, concours, etc...) qui offrent aux diverses radios des spectacles divertissants à peu de frais. André Raimbourg, pantalon et veste étriquée, frange blondinette rabattue sur le front, chante Fernandel avec la chanson "Ignace". Il remporte le super crochet de "BYRRH".

Mais voilà le 02 septembre 1939, c'est la guerre: André est mobilisé; puis arrive la débâcle et il se retrouve dans les Basses Pyrénées à Pau. C'est dans cette ville qu'il retrouve un autre compère Etienne Lorin, qui ouvrier imprimeur se passionne pour l'accordéon.

Le temps passe, et ils se retrouvent tous deux à Paris: André y est cireur de parquets, commis plombier, garçon de courses, il court ainsi... le cacheton, sillonne tout Paris à vélo, mais les patrons de cabarets ne sont guère accueillants. Il écrit des monologues et des textes de chansons. En hommage à Fernandel il décide de changer de nom: il s'appelle André ce sera Andrel, comme Fernand, Fernandel.

Etienne Lorin vient de décrocher un contrat comme accompagnateur de la grande vedette "Bordas" qui tourne beaucoup, galas, tournées, scènes de cinéma, et même l'A.B.C. Etienne réussit à faire engager André comme deuxième accordéoniste.

Un peu plus tard un patron de cabaret en panne de chanteur l'engage pour animer son établissement, et, stupéfaction, le public est hilare et lui fait triomphe. L'information fait boule de neige, il passe au "Liberty's", à la "vie en rose" et surtout chez Carrère aux Champs-Elysées. C'est aussi le moment où André décide de changer son pseudonyme en "Bourvil", avec l'accord d'Etienne Lorin et de son frère René, qui poursuit ses études à Paris.

Il commence à bien gagner sa vie et il épouse Jeanne le 23 Janvier 1943.

C'est aussi la rencontre avec Trives l'impresario de Tino Rossi, qui lui procure de nombreux engagements et des galas dans de vrais Music-halls comme "L'Alhambra".

Au cours d'un gala, il rencontre un vieux grand chanteur célèbre, Georgel ("Sous les ponts de Paris"), dont la gloire déclinante le contraint à travailler aux éditons Fortin comme archiviste.

Georgel rapporte à Michel Fortin ce qu'il a vu et écouté sur la scène banlieusarde "Charenton", un comique comme on n'en fait plus. Ils s'empressent de le rencontrer. Les Raimbourg habitent à Vincennes, ils prennent rendez-vous, et s'y rendent. André leur montre toutes ses oeuvres et ses ébauches. Ce sera avec Michel Fortin le départ d'une amitié indéfectible.

1944, Bourvil est reçu à la SACEM; nous sommes en pleine Libération, les cabarets se disputent ses prestations, Ma cousine, le théâtre de l'Etoile, l'Alhambra, le petit casino etc... Le 25 octobre 1945, il entre dans l'émission de Saint-Granier "sans rime ni raison" mais c'est surtout dans "Pêle-mêle" de Jean-Jacques Vital qu'il se déchaîne, chansons, monologues, improvisations, sketches, etc... On lui demande tellement qu'il requiert l'assistance de deux chansonniers: Robert Picq et Pierre Ferrari.

Déjà le cinéma le guette. Trois minutes dans la "Ferme du pendu" de Jean Drèville où il chante "les crayons"; mais c'est André Bertomieu qui lui propose son premier rôle dans "pas si bête"; le scénario n'est pas génial, hélas, mais c'est déjà un début.

Il signe un contrat d'exclusivité avec Pathé Marconi. où il enregistre tous ses premiers monologues et quelques chansons.

En fin d'année, Jean-Jacques Vital, Bruno Coquatrix et Serge Veber montent "La bonne hôtesse" Bourvil y chante "je suis content ça marche" , désormais personne n'en doutera plus...

Il finira par apprendre en 1968 qu'il est atteint de la maladie de Kahler qui s'attaque à sa moelle osseuse. Et bien que les recommandations du médecin lui suggèrent de se reposer pour tenir encore quelques semaines il tournera cependant encore 4 films pour néanmoins nous dire adieu en septembre 1970

Revenir en haut Aller en bas
http://cine-acteur-info.forumactif.com/index.forum
Uranus
mythe
mythe
avatar

Nombre de messages : 1728
Age : 49
Localisation : Brive
Loisirs : Ciné
Réputation : 1
Date d'inscription : 30/03/2005

Feuille de personnage
CINE PASSION:
30/100  (30/100)
JEUX:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Bourvil 1917-1970   Lun 15 Mai 2006 - 12:11

acteur sensible et discret... un humour tout en finesse, très bon acteur.... de très grands rôles !
Revenir en haut Aller en bas
Cassandre
cinéma-passion
cinéma-passion
avatar

Nombre de messages : 19597
Age : 51
Localisation : Meurthe et Moselle
Loisirs : Egypte ancienne, Grèce Antique, littérature
Réputation : 14
Date d'inscription : 07/03/2005

Feuille de personnage
CINE PASSION:
100/100  (100/100)
JEUX:
5/100  (5/100)

MessageSujet: Re: Bourvil 1917-1970   Dim 28 Mai 2006 - 17:21

N'hésitez pas à relire la biographie de votre acteur préféré !!

mais Bourvil était aussi chanteur et nombre de ses chansons sont frodonnées et connues..

Ballade irlandaise
1958



Un oranger sur le sol irlandais,
On ne le verra jamais.
Un jour de neige embaumé de lilas,
Jamais on ne le verra.
Qu'est ce que ca peut faire ?
Qu'est ce que ca peut faire ?
Tu dors auprès de moi,
Près de la rivière,
Où notre chaumière
Bat comme un coeur plein de joie.

Un oranger sur le sol irlandais,
On ne le verra jamais.
Mais dans mes bras, quelqu'un d'autre que toi,
Jamais on ne le verra.
Qu'est ce que ca peut faire ?
Qu'est ce que ca peut faire ?
Tu dors auprès de moi.
L'eau de la rivière,
Fleure la bruyère,
Et ton sommeil est à moi.

Un oranger sur le sol irlandais,
On ne le verra jamais.
Un jour de neige embaumé de lilas,
Jamais on ne le verra.
Qu'est ce que ca peut faire ?
Qu'est ce que ca peut faire ?
Toi, mon enfant, tu es là !
Revenir en haut Aller en bas
http://cine-acteur-info.forumactif.com/index.forum
Cassandre
cinéma-passion
cinéma-passion
avatar

Nombre de messages : 19597
Age : 51
Localisation : Meurthe et Moselle
Loisirs : Egypte ancienne, Grèce Antique, littérature
Réputation : 14
Date d'inscription : 07/03/2005

Feuille de personnage
CINE PASSION:
100/100  (100/100)
JEUX:
5/100  (5/100)

MessageSujet: Re: Bourvil 1917-1970   Dim 28 Mai 2006 - 17:22

Le p'tit bal perdu
Paroles: Robert Nyel. Musique: Gaby Verlor 1961
© Editions Bagatelle



C'était tout juste après la guerre,
Dans un petit bal qu'avait souffert.
Sur une piste de misère,
Y'en avait deux, à découvert.
Parmi les gravats ils dansaient
Dans ce petit bal qui s'appelait...
Qui s'appelait...
qui s'appelait...
qui s'appelait...

{Refrain:}
Non je ne me souviens plus
du nom du bal perdu.
Ce dont je me souviens
ce sont ces amoureux
Qui ne regardaient rien autour d'eux.
Y'avait tant d'insouciance
Dans leurs gestes émus,
Alors quelle importance
Le nom du bal perdu ?
Non je ne me souviens plus
du nom du bal perdu.
Ce dont je me souviens
c'est qu'ils étaient heureux
Les yeux au fond des yeux.
Et c'était bien...
Et c'était bien...

Ils buvaient dans le même verre,
Toujours sans se quitter des yeux.
Ils faisaient la même prière,
D'être toujours, toujours heureux.
Parmi les gravats ils souriaient
Dans ce petit bal qui s'appelait...
Qui s'appelait...
qui s'appelait...
qui s'appelait...

{au Refrain}

Et puis quand l'accordéoniste
S'est arrêté, ils sont partis.
Le soir tombait dessus la piste,
Sur les gravats et sur ma vie.
Il était redevenu tout triste
Ce petit bal qui s'appelait,
Qui s'appelait...
qui s'appelait...
qui s'appelait...

Non je ne me souviens plus
du nom du bal perdu.
Ce dont je me souviens
ce sont ces amoureux
Qui ne regardaient rien autour d'eux.
Y'avait tant de lumière,
Avec eux dans la rue,
Alors la belle affaire
Le nom du bal perdu.
Non je ne me souviens plus
du nom du bal perdu.
Ce dont je me souviens
c'est qu'on était heureux
Les yeux au fond des yeux.
Et c'était bien...
Et c'était bien.
Revenir en haut Aller en bas
http://cine-acteur-info.forumactif.com/index.forum
Cassandre
cinéma-passion
cinéma-passion
avatar

Nombre de messages : 19597
Age : 51
Localisation : Meurthe et Moselle
Loisirs : Egypte ancienne, Grèce Antique, littérature
Réputation : 14
Date d'inscription : 07/03/2005

Feuille de personnage
CINE PASSION:
100/100  (100/100)
JEUX:
5/100  (5/100)

MessageSujet: Re: Bourvil 1917-1970   Dim 28 Mai 2006 - 17:23

Les crayons
1946



Ell' n'avait pas de parents,
Puisque elle était orpheline.
Comm' ell' n'avait pas d'argent,
Ce n'était pas un' richissime.
Ell' eut c'pendant des parents,
Mais ils ne l'avaient pas r'connue,
Si bien que la pauvr' enfant,
On la surnomma l'inconnue.

Ell' vendait des cart' postales,
Puis aussi des crayons,
Car sa destinée fatale,
C'était d'vendr' des crayons.
Elle disait aux gens d'la rue :
"Voulez-vous des crayons ?"
Mais r'connaissant l'inconnue,
Ils disaient toujours non.
C'est ça qu'est triste.

C'est triste quand même de n'pas reconnaître son enfant,
Il faut pas être physionomiste !
Il m'semble que si j'avais un enfant, moi je le reconnaîtrais !
A condition qu'il me ressemble, naturellement !

C'était rue d'Ménilmontant,
Qu'elle étalait son p'tit panier.
Pour attirer les clients,
Ell' remuait un peu son panier,
Mais un jour, un vagabond
Qui passait auprès d'son panier
Lui a pris tous ses crayons,
Alors, ell' s'est mise à crier :

"Voulez-vous des cartes postales ?
Je n'ai plus de crayons.",
Mais les gens, chose banale,
N'voulaient plus qu'des crayons.
Quand elle criait dans la rue,
"Voulez-vous des crayons ?"
Ils disaient à l'inconnue :
"Tes crayons sont pas bons.",
C'est ça qu'est triste.

C'est triste quand même, elle avait plus d'crayons.
Forcément, elle s'baladait avec son panier à découvert, n'est-ce pas ?
Alors l'vagabond, lui, il passait à côté d'son panier, n'est-ce pas ?
Alors avec sa main, alors ... heu ... hop !
Il lui a pris tous ses crayons, comme ça elle n'en avait plus.
C'est vrai qu'elle n'en avait pas besoin puisqu'elle n'en vendait jamais !
Mais quand même !

Un marchand d'crayons en gros
Lui dit : "Viens chez moi mon enfant,
Je t'en ferai voir des beaux,
Je n'te demanderai pas d'argent."
Ce fut un drôle de marché,
Car c'était un drôle de marchand,
Et elle l'a senti passer,
Car elle en a eu un enfant.

C'est triste ça quand même d'abuser d'une inconnue comme ça !
C'est vrai qu'elle a été faible aussi !
C'est pas parce qu'il disait qu'il avait un... qu'il était...
Enfin, elle avait un enfant quoi, elle avait bonne mine !
Si seulement elle avait eu une mine de crayon !
Mais non, mais c'est ça qui la minait !
Alors elle l'a abandonnée, son enfant,
Et qu'est-ce qu'elle a fait plus tard cette enfant, hein ?

Elle vendait des cartes postales,
Puis aussi des crayons,
Car sa destinée fatale,
C'était d'vendre des crayons.
Elle disait aux gens d'la rue,
"Voulez-vous des crayons ?"
Mais r'connaissant l'inconnue,
Ils disaient toujours non.
C'est ça qu'est triste.
Revenir en haut Aller en bas
http://cine-acteur-info.forumactif.com/index.forum
Cassandre
cinéma-passion
cinéma-passion
avatar

Nombre de messages : 19597
Age : 51
Localisation : Meurthe et Moselle
Loisirs : Egypte ancienne, Grèce Antique, littérature
Réputation : 14
Date d'inscription : 07/03/2005

Feuille de personnage
CINE PASSION:
100/100  (100/100)
JEUX:
5/100  (5/100)

MessageSujet: Re: Bourvil 1917-1970   Dim 28 Mai 2006 - 17:25

Un clair de lune à Maubeuge
Paroles: Pierre Perrin. Musique: Pierre Perrin, Claude Blondy 1962
© Caravelles - 1962
note: chanson de Pierre Perrin reprise avec succès par Bourvil


Je suis allé aux fraises
Je suis rev'nu d'Pontoise
J'ai filé à l'anglaise
Avec une tonkinoise
Si j'ai roulé ma bosse
Je connais l'univers
J'ai même roulé carrosse
Et j'ai roulé les R
Et je dis non, non, non, non, non
Oui je dis non, non, non, non, non, non, non, non, non

{Refrain:}
Tout ça n'vaut pas
Un clair de lune a Maubeuge
Tout ça n'vaut pas
Le doux soleil de Tourcoing (Coin-coin ! oh je vous en prie)
Tout ça n'vaut pas
Une croisière sur la Meuse
Tout ça n'vaut pas des vacances au Kremlin-Bicêtre

J'ai fait toutes les bêtises qu'on peut imaginer
J'en ai fait à ma guise et aussi à Cambrai
Je connais toutes les Mers, la Mer Rouge, la Mer Noire,
La Mer-diterranée, la Mer de Charles Trenet
Et je dis non, non, non, non, non
Oui je dis non, non, non, non, non, non, non, non, non

{Refrain:}
Tout ça n'vaut pas
Un clair de lune a Maubeuge
Tout ça n'vaut pas
Le doux soleil de Roubaix (coin-coing ! vous êtes ridicule !)
Tout ça n'vaut pas
Une croisière sur la Meuse
Tout ça n'vaut pas faire du sport au Kremlin biceps
Revenir en haut Aller en bas
http://cine-acteur-info.forumactif.com/index.forum
Cassandre
cinéma-passion
cinéma-passion
avatar

Nombre de messages : 19597
Age : 51
Localisation : Meurthe et Moselle
Loisirs : Egypte ancienne, Grèce Antique, littérature
Réputation : 14
Date d'inscription : 07/03/2005

Feuille de personnage
CINE PASSION:
100/100  (100/100)
JEUX:
5/100  (5/100)

MessageSujet: Re: Bourvil 1917-1970   Dim 28 Mai 2006 - 17:28

de nombreuses autres chansons ont été chantées avec succès par Bourvil qui outre sa participation dans de très nombreux films, a participé à plusieurs opérettes et a toujours mené de front une carrière de chanteur.
Revenir en haut Aller en bas
http://cine-acteur-info.forumactif.com/index.forum
Eric
modérateur
modérateur
avatar

Nombre de messages : 781
Age : 46
Localisation : Mars et ça repart...
Réputation : 0
Date d'inscription : 30/10/2006

Feuille de personnage
CINE PASSION:
50/100  (50/100)
JEUX:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Bourvil 1917-1970   Sam 11 Nov 2006 - 14:11

Trés bon acteur...
Voici un de ses sketchs...
L'alcool non ! L'eau férrugineuse oui !
Clic ici
Revenir en haut Aller en bas
http://tontonsflingueurs.actifforum.com/
Madame Musquin
modérateur
modérateur
avatar

Nombre de messages : 1353
Age : 33
Localisation : Chez Wam
Loisirs : Mener une vie de bohême
Réputation : 0
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
CINE PASSION:
50/100  (50/100)
JEUX:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Bourvil 1917-1970   Sam 11 Nov 2006 - 14:23

Superbe acteur, plein de sensibilité, d'innocence et très touchant. Il faisait des merveilles dans la comédie comme dans La Grande vadrouille où c'était un bonheur de le voir malmené par de Funès. Et dans les drames sa sensiblité était magnifique... un film comme L'Arbre de Noël ne vaut vraiment le coup d'être vu que pour lui !

MADAME MUSQUIN
Revenir en haut Aller en bas
Cassandre
cinéma-passion
cinéma-passion
avatar

Nombre de messages : 19597
Age : 51
Localisation : Meurthe et Moselle
Loisirs : Egypte ancienne, Grèce Antique, littérature
Réputation : 14
Date d'inscription : 07/03/2005

Feuille de personnage
CINE PASSION:
100/100  (100/100)
JEUX:
5/100  (5/100)

MessageSujet: Re: Bourvil 1917-1970   Dim 12 Nov 2006 - 14:50

j'ai vu et revu l'arbre de Noël et je pleure toujours autant en le voyant... toujours très touchant
Revenir en haut Aller en bas
http://cine-acteur-info.forumactif.com/index.forum
mamimelle
modérateur
modérateur
avatar

Nombre de messages : 1787
Age : 68
Réputation : 0
Date d'inscription : 25/09/2005

Feuille de personnage
CINE PASSION:
50/100  (50/100)
JEUX:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Bourvil 1917-1970   Lun 13 Nov 2006 - 0:23

J'ai adoré l'arbre de Noel et je me souviens qu'en sortant du cinéma dans la file de ceux qui attendaient pour rentrer ,un monsieur a dit ce doit être un beau film tous ceux et celles qui sortent on t les yeux rouges content
Revenir en haut Aller en bas
Madame Musquin
modérateur
modérateur
avatar

Nombre de messages : 1353
Age : 33
Localisation : Chez Wam
Loisirs : Mener une vie de bohême
Réputation : 0
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
CINE PASSION:
50/100  (50/100)
JEUX:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Bourvil 1917-1970   Lun 13 Nov 2006 - 14:41

Dans L'Arbre de Noël c'est le côté matérialiste de l'affaire qui me dérange. Est-ce qu'il y a besoin de céder à tous les caprices matériels de l'enfant pour lui faire passer les derniers moments de sa vie les plus beaux ? Heureusement que le père est milliardaire car sinon ça serait passé autrement...
Le seul qui me touche dans ce film, et peut me mettre les larmes aux yeux, c'est Bourvil.

MADAME MUSQUIN
Revenir en haut Aller en bas
duke
cinéma-passion
cinéma-passion
avatar

Nombre de messages : 19481
Age : 40
Localisation : chez moi devant mon ecran
Loisirs : beaucoup
Réputation : 43
Date d'inscription : 15/07/2006

Feuille de personnage
CINE PASSION:
100/100  (100/100)
JEUX:
15/100  (15/100)

MessageSujet: Re: Bourvil 1917-1970   Lun 13 Nov 2006 - 16:40

il fait merveille dans des films tels que la grande vadrouille, la jument verte des comédies, il est fabuleux dans l'arbre de noël ou le cercle rouge des drames ou des films policiers c'etait un grand acteur, un grand monsieur du cinéma je me souviens avoir vu une seance coupé du films "le cercle rouge" ou bourvil a la fin du film est accompagné d'un jeune acteur jouant un inspecteur et le jeune lui demande comment il a fait pour denouer l'histoire et bourvil commence a lui chanter la tactique du gendarmes et le jeune ne sait plus si c'est dans le scénar et bourvil est ecroulé de rire, a signaler que c'etait la premiére et derniére fois que son nom apparaissait en entier a un générique de film André Bourvil
Revenir en haut Aller en bas
Cassandre
cinéma-passion
cinéma-passion
avatar

Nombre de messages : 19597
Age : 51
Localisation : Meurthe et Moselle
Loisirs : Egypte ancienne, Grèce Antique, littérature
Réputation : 14
Date d'inscription : 07/03/2005

Feuille de personnage
CINE PASSION:
100/100  (100/100)
JEUX:
5/100  (5/100)

MessageSujet: Re: Bourvil 1917-1970   Mar 14 Nov 2006 - 22:56

Madame Musquin a écrit:
Dans L'Arbre de Noël c'est le côté matérialiste de l'affaire qui me dérange. Est-ce qu'il y a besoin de céder à tous les caprices matériels de l'enfant pour lui faire passer les derniers moments de sa vie les plus beaux ? Heureusement que le père est milliardaire car sinon ça serait passé autrement...
Le seul qui me touche dans ce film, et peut me mettre les larmes aux yeux, c'est Bourvil.

MADAME MUSQUIN

quand on sait la vie de son enfant bientôt achevée, je ne sais pas jusqu'où des parents pourraient aller pour rendre le sourire à un enfant mourant !
Revenir en haut Aller en bas
http://cine-acteur-info.forumactif.com/index.forum
bulitt11
mythe
mythe
avatar

Nombre de messages : 1862
Age : 38
Localisation : marne la vallee
Loisirs : cinema
Réputation : 11
Date d'inscription : 11/04/2006

Feuille de personnage
CINE PASSION:
20/100  (20/100)
JEUX:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Bourvil 1917-1970   Sam 29 Sep 2007 - 10:59

que dire de bourvil jai une admiration sans borne pour lui c est mon modele car il etait simple il venait de la campagne profonde et il etait tellement sincere dans ses roles que ca soit comique ou dans des roles de pourris qu il jouait a merveille il a été le meilleur tenardier des miserables adapté au cinema
Revenir en haut Aller en bas
http://bulitt.vip-blog.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Bourvil 1917-1970   

Revenir en haut Aller en bas
 
Bourvil 1917-1970
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bourvil 1917-1970
» 1970 Chevelle SS396, option Z25, terminé!
» Rien de neuf depuis 1970 ??
» Mustang Twister 428 Cobra jet 1970
» batailles 25,1917, l'année des chars

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
cinema passion :: CINEMA :: ACTEURS :: acteurs européens non anglophones :: acteurs francophones-
Sauter vers: