cinema passion

vous aimez vous detestez,parlons-en
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les frères Lumière

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Python
cinéma-passion
cinéma-passion
avatar

Nombre de messages : 2055
Age : 46
Localisation : vosges
Loisirs : cinema,sport,nature
Réputation : 0
Date d'inscription : 07/03/2005

Feuille de personnage
CINE PASSION:
100/100  (100/100)
JEUX:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Les frères Lumière   Mar 8 Mar 2005 - 21:29

Les frères Lumière

Les frères Lumière sont les inventeurs mais aussi les premiers producteurs et exploitants du cinématographe.

Originaire de Haute-Saône, Antoine Lumière, le père des inventeurs fût receuilli, après la mort de sa mère, par un peintre vivant à Paris, nommé Auguste Constantin. Antoine devient ainsi peintre d'enseigne. Quelques années plus tard, il y rencontre Jeanne-Joséphine Costille. Il quitte la capitale et part s'établir à Besançon où il ouvre un magasin de photographie. Il aura trois enfants : d'abord une fille, puis Louis(le 10 avril 1854) et enfin Auguste(le 19 octobre 1862). En 1870, toute la famille part à Lyon pour s'associer avec Fatalo, un photographe de la rue de la Barre. L'affaire est bientôt rentable et Antoine devient célèbre pour avoir immortalisé, sur "plaque sensible" les célébrités lyonnaises. Ses enfants peuvent ainsi entrer à l'école industrielle de la Martinière. Auguste et Louis obtiennent respectivement, un diplôme de chimie et de physique.

En 1880, Louis commence ses recherches pour améliorier les plaques photographiques de son père. Ce dernier lui refusait alors l'utilisatiion de balances de précision et l'on raconte que Louis été obligé d'aller chez le pharmacien d'en face pour doser ses produits. Après de nombreuses journées passées dans la pénombre du sous sol, il met au point des plaques photographiques perfectionnées. Les ventes sont très satisfaisantes et devant la croissance de la clientèle, Antoine Lumière cède les fonds et s'installe à Montplaisir convaincu des capacités scientifiques de son fils.

En 1872, Louis crée une usine, employant une dizaine de personnes, destinée à la fabrication de plaque photographques au gélatino-bromure d'argent. Vingt ans plus tard, sa production annuelle dépasse la barre des 15 millions de plaques en employant plus de 300 ouvriers. En 1883, il crée une pellicule qu'il nomme "étiquette bleue", qui connait un succès fulgurant en partie grâce à sa sensibilité (4ASA) qui permet d'obenir une vitesse d'obturation de 1/60 de seconde.

En 1891, les frères Lumière orientent leurs recherches vers la photographie couleur. Se basant sur le procédé de Gabriel Lippmann, ils perfectionnent cette technique qui montre malheureusement ses limites : les temps de poses restent trop longs et les couleurs ne sont pas toujours reproductibles. Louis abandonne ce procédé, pour privilégier ses recherches en matière de photochimique, et présente lors de l'exposition universelle(1900) des clichés couleurs prometteurs. En 1904, la majeure partie de problèmes liés à la réalisation de plaque autochrome est résolue et ils publient un compte rendu sur sa fabrication à l'Académie des sciences. La première production industrielle de plaques autochromes commence en 1907, et durera une trentaine d'années. En 1914, elle atteignait 6 000 plaques par jour.

Lors d'un voyage à Paris, Antoine découvre l'invention de l'américain Edison : le kinétoscope. De retour à Montplaisir, il explique ce qu'il a vu à Louis espérant tirer lui aussi profit de cette invention. Préférant travailler seul, Louis refuse l'association avec Demesny pour améliorer l'invention de ce dernier : le phonoscope. Après des mois de recherche, ils mettent au point le cinématographe, qui sera breveté le 13 février 1895 sous le nom des deux frères bien que Louis ait d'avantage travaillé sur cette invention. (Interview de Louis Lumière à ce sujet). Le 22 mars 1895, il donne une conférence sur la photographie en couleur et présente en exclusivité son premier film, (lui aussi breveté) : La sortie des usines Lumière. Puis il réalise une quinze de films qu'il présente au congrès des photographes, à Lyon, à Bruxelles et enfin à la Sorbonne. Il montre enfin ses films au public le 25 décembre 1895 au Grand Café (plus sur cette soirée). Le succès soudain des Lumière à fait de nombreux jaloux, principalement chez les amis de Marey, Reynaud, Demeny et surtout d'Edison qui voyaient la notoriété de leur pays soudainement écrasée. Aucun de ses concurrents à part peut-être Edison, n'avait les moyens dont les frères disposaient. Ceux-ci tournent, en une année, plus de cinquante films, tous projettés avec succès devant le public parisien.

Les films Lumière seront projettés, pendant plus d'un an, dans le salon Indien du Grand Café. Cette salle peut acceuillir 120 spectateurs qui paient chacun 1 francs la place. Une vingtaine de films d'une minutes chacun sont projetté par séance. Si les premiers soirs sont déçevants au niveau du nombre d'entrée, au bout d'une semaine la file d'attente mesure plus de 300 mêtres ! En cinq ans, le bénéfice atteindra la somme astronomique de trois millions de francs. En 1896, Antoine ouvre une seconde salle de cinéma boulevard Saint Denis.

Des centaines de demandes d'achat affluent des quatre coins du monde. Tout le monde veut avoir le cinématographe. Louis Lumière, n'étant pas pressé de mettre son invention sur le marché, ne fixe aucune date de mise en vente. Jules Charpentier est chargé de la fabrication en séries et les délais sont très longs. Pendant ce temps, les frères créent une école d'opérateur. Ceux-ci sont chargés de faire la promotion du cinéma dans le monde et de prendre de nouvelles vues pour un public friand de vues exotiques. Les Lumière touchent 50% des recettes brutes des opérateurs. Un des plus connus reste Mesguish à qui Louis a dit, en l'embauchant, que "le cinéma est une invention sans avenir".

Les opérateurs qui tournent plus de 500 films en deux ans, découvrent, par hasard, des effets spéciaux. Le premier lors de la projection de la vue "Démolition d'un mur". Le projectionniste avait alors mis la pellicule à l'envers et le mur, au lieu de tomber en morceaux, se reconstituait et se remettait debout. Le premier travelling (appelé à l'époque "panorama") a été fait à Venise sur une gondole, un opérateur ayant l'idée de "filmer avec un cinéma mobile, des objets mobiles"

Lors de l'exposition universelle, les Lumière ont proposé de projetter leurs vues sur écran géant. Pour des raisons de sécurité, celui-ci ne mesurera que 16m sur 21m. La toile est immergée entre chaque séance pour que le poids de l'eau la maintienne tendue. Les spectateurs se placent des deux cotés de l'écran, sur le Champ-de-Mars.

Mais le public finit pas se lasser des vues Lumière pour se tourner vers des productions prommetteuses comme Pathé, Gaumont et surtout Méliès. Louis fait baisser les entrées de son cinéma à 50centimes et tourne un film plus long intitulé "Passion de Jésus" qui sera sans succès. Il finit par abandonner la producton filmique : "Mais, dit il, faire des films ce n'est plus mon affaire".

Louis se consacre au marché de la pellicule couleur et au cinéma en relief. Il invente un haut parleur de papier plissé et, pendant la guerre, il met au point un réchaud catalyse fonctionnant à l'essence pour réchauffer l'habitacle des avions. En 1919, il est élu membre de l'académie des sciences et abandonne la direction de son usine un an plus tard.

À soixante ans Auguste décide de se consacrer à des recherches médicales. Certaines de ses réflexions (celle concernant l'utilisation du tulle gras sur des brûlures, par exemple) montrent sa pertinence, mais d'autres sont plus douteuses et sa notoriété est mise en doute. Sa fortune lui permet de publier de nombreux ouvrages. Son usine prépare même 150 spécialités pharmaceutiques qui seront utilisées dans la clinique Lumière, construite en 1936, où l'on soigne selon les principes tirés des recherches d'Auguste.

En 1946, Louis lègue à la cinémathèque française plus de 1800 vues qu'il a réalisées avec ses opérateurs. Il meurt deux ans plus tard.

Auguste décède en 1956.
Revenir en haut Aller en bas
Eric
modérateur
modérateur
avatar

Nombre de messages : 781
Age : 46
Localisation : Mars et ça repart...
Réputation : 0
Date d'inscription : 30/10/2006

Feuille de personnage
CINE PASSION:
50/100  (50/100)
JEUX:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Les frères Lumière   Lun 27 Nov 2006 - 13:38

L'Arroseur arrosé est la première vue comique de Louis Lumière. Véritable pilier culturel, ce court-métrage est particulièrement réputé, car c'est le premier à suivre un scénario et à ne pouvoir s'apparenter à un documentaire. Il s'agit donc à la fois de la première fiction cinématographique et du premier film comique.

Synopsis
Un jardinier arrose son jardin. Un chenapan met le pied sur le tuyau. L'homme regarde le bout du tuyau, puisqu'il n'y a plus d'eau. Le chenapan retire son pied du tuyau et le jardinier est aspergé. Le jardinier n'apprécie pas la plaisanterie, court après le garnement, le rattrape et le corrige.


Fiche technique
Réalisation : Louis Lumière
Durée : 49 secondes environ (17 m)

Autour du film
Cette vue comique faisait partie de la première séance payante du cinématographe. Elle fut projetée le 28 décembre 1895, au salon indien du Grand Café, place de l'Opéra à Paris.
La scène a été tournée dans le jardin de la propriété de Lumière à La Ciotat « Les terres rousses » qui existait encore en 1960. L'arroseur arrosé est le jardinier de Lumière, et le chenapan est le fils d'un ouvrier de l'usine des frères Lumière.

Source

Vidéo
Revenir en haut Aller en bas
http://tontonsflingueurs.actifforum.com/
fa
intermittent du spectacle
intermittent du spectacle
avatar

Nombre de messages : 56
Réputation : 0
Date d'inscription : 13/11/2006

Feuille de personnage
CINE PASSION:
0/0  (0/0)
JEUX:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Les frères Lumière   Jeu 30 Nov 2006 - 14:29

L'arroseur arrosé est souvent considéré comme étant le premier film scénarisé. Ce n'est pas tout à fait vrai. Pourquoi ? D'abord parceque le scénario est un document technique qui comporte, outre une trame historique et éventuellement des dialogues, des éléments de mise en scènes, de montage, d'éclairage, etc. ici, nous sommes plutôt en présence d'un ancêtre du scénario, voir plus exactement d'un synopsis : une simple trame historique. D'autant que les Frères Lumière avaient déjà avant préparé certains films documentaire avec une base technique écrite, même succincte.

Quant à la paternité du cinéma, si elle est généralement admise de nos jours, elle fut longtemps contesté, et encore parfois aujourd'hui aux USA, en faveur de Thomas Edison qui inventa le Kinetoscope en 1891, en même temps qu'une "caméra" (le Kinetographe"), donc avant les frères Lumière, qui d'ailleurs ont avoué s'en être en partie inspiré. La grosse différence tient en vérité au mode de diffusion des films : dans des machines pour visionnage individuel pour Edison, dans une salle pour visionnage en groupe pour les Frères Lumière. Une différence qui change tout. Si le principe de la prise de vue d'objets en mouvement doit une certaine paternité à Edison (bien qu'il y ait eu des essais avant lui par d'autres), le principe de la diffusion en salle appartient bien aux frères Lumière. De nos jours, les pays anglo-saxon ont tendance à accorder la paternité du cinéma soit à Edison soit en commun à Edison et aux frères Lumière. Les francophones ont tendance eux à oublier Edison.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.facineforum.kalikoba.com/forum/index.php
Cassandre
cinéma-passion
cinéma-passion
avatar

Nombre de messages : 19597
Age : 51
Localisation : Meurthe et Moselle
Loisirs : Egypte ancienne, Grèce Antique, littérature
Réputation : 14
Date d'inscription : 07/03/2005

Feuille de personnage
CINE PASSION:
100/100  (100/100)
JEUX:
5/100  (5/100)

MessageSujet: Re: Les frères Lumière   Jeu 30 Nov 2006 - 15:00

merci pour toutes ces informations passionnantes messieurs !
Revenir en haut Aller en bas
http://cine-acteur-info.forumactif.com/index.forum
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les frères Lumière   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les frères Lumière
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jones J.V - Frères d'ombre et de lumière - Cycle du livre des mots T3
» Les frères Lumière
» [Calmel, Mireille] La reine de Lumière - Tome 1: Elora
» Les 10 meilleurs reflex numériques en basse lumière selon DxO
» Lumière continue ou flash

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
cinema passion :: CINEMA :: INVENTION DU CINEMA-
Sauter vers: