cinema passion

vous aimez vous detestez,parlons-en
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Eugène-François Vidocq

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
nad07
Star oscarisée
Star oscarisée


Nombre de messages : 5172
Age : 37
Localisation : france
Loisirs : sport, lecture
Réputation : 2
Date d'inscription : 03/05/2008

Feuille de personnage
CINE PASSION:
30/100  (30/100)
JEUX:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Eugène-François Vidocq   Mer 9 Juil 2008 - 17:41



Eugène-François Vidocq, né le 24 juillet 1775, rue du miroir de Venise, à Arras et mort le 11 mai 1857 à Paris, est un aventurier et détective français.

Biographie

Fils de boulanger, François Vidocq commet divers larcins au cours de son enfance. Sa forte taille (à 12 ans, il est un homme) lui rend la besogne facile. À l'âge de 16 ans, s'engage dans l'armée révolutionnaire. Il se bat alors à Valmy et à Jemappes puis déserte l'armée. Il en est renvoyé en 1793. Il poursuit alors une vie aventureuse de voleur et d'escroc entre Paris et le nord de la France.


Le bagne

Arrêté par Henri Gisquet, il est condamné en 1797 par le tribunal criminel de Douai à huit ans de travaux forcés pour « faux en écritures publiques et authentiques ». À Bicêtre, où il sera initié à la savate par Jean Goupil[1], il est incorporé dans la chaîne de Brest, un groupe de forçats destiné au bagne de ce port. Le voyage, particulièrement éprouvant, dure vingt-quatre jours.

Vidocq en profite pour tenter une première évasion en forêt de Compiègne. Ce premier échec ne le décourage pas. La chaîne de forçats parvient à Brest le 24 nivôse An VI (13 janvier 1798). La chaîne fait halte à l'entrée de Brest à l'hôpital de Pontanézen, où on procède au déferrement des bagnards. Vidocq essaie à nouveau de fausser compagnie à ses gardiens, mais il se foule les deux pieds en tentant de sauter le mur d'enceinte.

Trois semaines plus tard, il entre au bagne. Le registre matricule du bagne le décrit ainsi : « 22 ans, taille de 5 pieds, 2 pouces, 6 lignes ; cheveux, sourcils châtains clairs, barbe de même ; visage ovale bourgeonné ; les yeux gris, le nez gros ; bouche moyenne, menton rond et fourchu, front bas, ayant une cicatrice à la lèvre supérieure côté droit ; les oreilles percées. »

Huit jours après son arrivée, il réussit à se procurer des vêtements de matelot qu'il dissimule à l'arsenal où il travaille. Ayant réussi à se changer (Vidocq est un véritable transformiste) subrepticement, il quitte Brest sans être inquiété.

De nouveau arrêté en 1799, il est cette fois envoyé au bagne de Toulon, d'où il s'évade encore une fois, le 6 mars 1800. Il acquiert de cette façon auprès des gens du milieu un respect et une notoriété sans égal.


La Sûreté

En 1806 il propose ses services d'indicateur à la police de Paris.

En 1811 le préfet le place à la tête de la Brigade de Sûreté, un service de police dont les membres sont d'anciens condamnés et dont le rôle est de s'infiltrer dans le « milieu ».

Ses nombreux succès et ses méthodes peu orthodoxes lui amènent autant d'admirateurs que de détracteurs.


Image populaire de l'épisode de la forêt de SénartSes ennemis se trouvent dans la pègre mais aussi au pouvoir. Par deux fois, ses supérieurs le font démissionner. Plusieurs personnes arrêtées par Vidocq l'accusent d'avoir monté les coups pour ensuite arrêter ceux qui y ont participé et, de cette manière, prouver son efficacité dans la lutte contre le crime. La justice ne retint pas ces allégations.


Le Bureau de renseignements pour le commerce


Vidocq à 61 ans.
Portrait par Achille Devéria.En 1827, Vidocq démissionne définitivement de ses fonctions de chef de la Sûreté. Il s'installe à Saint-Mandé, près de Paris, et crée une petite usine de papier. Il invente le papier infalsifiable. En 1828, il publie des Mémoires qui connaissent un grand succès, et qui inspirent notamment à Honoré de Balzac son personnage de Vautrin. Ruiné par son affaire d'usine de papier, il fonde en 1833 le Bureau de renseignements pour le commerce, la première agence de détective privée, qui fournit aux commerçants, moyennant finance, des services de renseignement et de surveillance.

Âgé de 82 ans, François Vidocq meurt à Paris des suites du choléra, le 11 mai 1857, rue Popincourt. Son lieu de sépulture est aujourd'hui inconnu. Une rumeur le disait enterré avec son épouse à Saint-Mandé, toutefois les services municipaux de la ville ont réfuté cette information. On sait toutefois que la cérémonie funèbre fut célébrée à l'église Saint-Denys du Saint Sacrement à Paris dans le troisième arrondissement.


Imaginaire populaire

Vidocq a encore aujourd'hui une place importante dans l'imaginaire populaire et français en particulier.


Cinéma et télévision

Haut en couleurs, le personnage de Vidocq a été porté plusieurs fois à l'écran :

La jeunesse de Vidocq ou Comment on devient policier (1909) : Première apparition de Vidocq à l'écran dans un court métrage de Gérard Bourgeois. Vidocq y est interprété par Harry Baur.
Vidocq (1922) : réalisé par Jean Kemm, sur un scénario d'Arthur Bernède adapté de son propre roman. Vidocq est interprété par René Navarre
Vidocq (1938) : réalisé par Jacques Daroy. Vidocq est interprété par André Brulé
A Scandal in Paris (1946), réalisé par Douglas Sirk. Vidocq est interprété par George Sanders
Le Cavalier de croix-mort (1947) : réalisé par Lucien Ganier-Raymond. Vidocq est interprété par Henri Nassiet
Vidocq (1967) : série télévisée dans laquelle le rôle de Vidocq est interprété par Bernard Noël
Les nouvelles aventures de Vidocq (1971) : série télévisée dans laquelle Claude Brasseur reprend le rôle
Vidocq (2001) : réalisé par Pitof sur un scénario de Jean-Christophe Grangé, dont le rôle de Vidocq est interprété par Gérard Depardieu

Romans [

Il inspira aussi à certains romanciers de nombreux personnages:

Jean Valjean alias Le père Madeleine dans Les Misérables de Victor Hugo
Vautrin dans La Comédie humaine d'Honoré de Balzac
Rodolphe de Gerolstein dans Les Mystères de Paris d'Eugène Sue
Auguste Dupin dans Double assassinat dans la rue Morgue d'Edgar Allan Poe
Mr Lecoq dans L'affaire Lerouge d'Émile Gaboriau
Le policier Jackal dans Les Mohicans de Paris d'Alexandre Dumas, père

Œuvres

Mémoires de Vidocq, chef de la police de Sûreté, jusqu'en 1827 (4 volumes, 1828-1829) T
Les Voleurs (essai, 1836)
Considérations sommaires sur les prisons, les bagnes et la peine de mort (essai, 1844)
Les Vrais Mystères de Paris (roman, 1844)
Les Chauffeurs du nord (roman, 1845)
Mémoires, suivi de Les Voleurs – Édition établie par Francis Lacassin, sous le titre d'appel Vidocq, Robert Laffont, coll. « Bouquins », Paris, 1998, XXI + 983 p., (ISBN 2-221-08040-Cool – Contient en outre divers documents relatifs à Eugène-François Vidocq.

Bibliographie

Barthélemy Maurice, Vidocq, vie et aventures, 1858. Témoignage d'un proche de Vidocq.
Éric Perrin, Vidocq, Perrin, Paris, 1995, 294 p. (ISBN 2-262-00051-4) – Réédition à l'identique, en 2001, avec une nouvelle référence : (ISBN 2-262-01740-9).
Bruno Roy-Henry, Vidocq : Du bagne à la préfecture, L'Archipel, Paris, 2001, 356 p. (ISBN 2-84187-307-2) – Inclut des extraits des Mémoires d'Eugène-François Vidocq.
Marie-Héléne Parinaud, Vidocq : Le Napoléon de la Police, Tallandier, coll. « Raconter l'histoire », Paris, 2001, 193 p. (ISBN 2-235-02303-7)
Marie-Héléne Parinaud, Vidocq, Editions Grand Caractère, coll. « Biographie », Paris, 2007,
Michel Peyramaure, Vidocq, Robert Laffont, Paris, 2007, 377 p. (ISBN 978-2-221-10690-7) – Roman constituant le dernier volet du triptyque Les Trois Bandits (tome 1 : Cartouche, 2006, tome 2 : Mandrin, 2006).
Revenir en haut Aller en bas
 
Eugène-François Vidocq
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Eugène-François Vidocq
» Doublage des films : québécois vs français
» les voix française des personnages
» Pénétration de la pipe française sur le marché US et sur le Net
» WM6.5 en français Pack [WM6.5 français Lang Package]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
cinema passion :: CINEMA :: ACTEURS :: acteurs européens non anglophones :: acteurs francophones-
Sauter vers: