cinema passion

vous aimez vous detestez,parlons-en
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les Otages - Raymond Bernard 1939

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
duke
cinéma-passion
cinéma-passion
avatar

Nombre de messages : 19481
Age : 40
Localisation : chez moi devant mon ecran
Loisirs : beaucoup
Réputation : 43
Date d'inscription : 15/07/2006

Feuille de personnage
CINE PASSION:
100/100  (100/100)
JEUX:
15/100  (15/100)

MessageSujet: Les Otages - Raymond Bernard 1939   Jeu 17 Juil 2008 - 9:43

Annie Verney--->Annie Beaumont
Fernand Charpin--->Adrien Beaumont, le maire
Saturnin Fabre--->M. Rossignol, le chatelain
Pierre Larquey--->Ernest Fabien, l'huissier
Dorville--->Rodillard, le braconnier
Pierre Labry--->Rameau, le coiffeur
Noël Roquevert--->le garde champêtre
Jean Paqui--->Pierre Rossignol
Marcel Pérés--->Monsieur de Tartagnac
Marguerite Pierry---> Mme Fabien
Mady Berry---> Maria

À Champlagny-sur-Marne, en août 1914. Rossignol, le châtelain, a convoqué la fanfare municipale pour fêter sa victoire au procès qui, depuis trente ans, l’oppose au maire Adrien Beaumont, à propos d’un droit de passage dans la grange de ce dernier. Pierre, fils du châtelain et Annie, fille du maire, qui s’aiment en secret depuis toujours, les observent avec amusement. La guerre avec l’Allemagne éclate et l’ordre de mobilisation générale est déclaré. Pierre part au front. Quelques jours plus tard, la séance du conseil municipal est interrompue par l’annonce du premier mort de la commune. À Paris, Annie épouse Pierre. De retour au village, elle se met en quête de vêtements civils pour son mari devant retourner au front. Champlagny est alors envahi. Un officier allemand surprend le couple dans la grange. Pierre l’abat d’un coup de revolver. Beaumont enterre le corps dans un bois.

Quand le cadavre est découvert, le chef de la Kommandantur exige que le meurtrier se livre dans les vingt-quatre heures sous peine de détruire le village. Beaumont se propose comme otage. Les Allemands en exigent quatre autres. Rossignol se livre puis le tirage au sort désigne Fabien, l’huissier, le garde-champêtre et Tartagnac, ancien prévôt d’armes. Pendant ce temps, Annie aide Pierre à rejoindre les lignes françaises. Le lendemain, Beaumont trouve Tartagnac pendu. Rameau, le coiffeur tremblant de peur, est désigné pour lui succéder. Au petit matin, les cinq otages se mettent en route pour la Kommandantur en fredonnant « La Marseillaise », chacun tentant de surmonter sa peur. Dans leur cellule, ils retrouvent Rodillard, le braconnier arrêté pour meurtre.

Pour sauver son père, Annie dénonce Pierre mais son témoignage est sans valeur, l’assassin ne pouvant se livrer. Rossignol, qui s’accuse à la place de son fils, ne trompe pas l’officier allemand. Avec la visite d’Annie, les querelles s’oublient vite, le braconnier se réconcilie avec le garde champêtre lui avouant même qu'enfant il voulait être gendarme, Annie leur a apporté de quoi manger et boire, les femmes ou mére des autres condamnés sont venus en voiture, les hommes peuvent les voirs de la fenêtre de leur cellule, l'huissie,r Fabien les larmes au yeux la gorges serrés chante pour son dernier né : Ainsi font font font les petites marionnettes . Sereinement, les otages attendent l’heure de l’exécution, allant même jusqu'a réveiller le coiffeur pour qu'il les rasent. L’espoir renaît avec l’offensive des taxis de la Marne, qui refoule l’ennemi. Bientôt, le village est délivré et ses habitants, sous la conduite d’Annie, acclament les otages portés en triomphe alors que Beaumont et Rossignol, consternés, découvrent la grange détruite par un obus.


J'ai découvert ce film derniérement, sur ciné classic, je ne le connaissais pas et j'ai passé un agréable moment avec cette petite comédie, alternant avec les moments plus dramatique, interprété magistralement par des grands du cinéma d'alors tels que Charpin, Saturnin Fabre, Pierre Larquey sans oublier Noël Roquevert, un des plus grands second rôle de tout le cinéma Français et Droville dont le nom ne dit rien mais dont le visage est connu de tous. La scéne la plus emouvante et certainement celle de l'huissier chantant en pleurant et regardant sa femme et son petit dernier, il y en a d'autre comme le tirage au sort a la mairie, ou le départ le matin tôt alors que tout le village dort. Ce film sur les otages est malheureusement une prémonition de ce qui se passeras quelques mois plus tard, lorsque les allemands envahirons la France et l'occuperons. Je conseil vivement ce film qui est trés bon a mon humble avis et surtout méconnu car ce film put être reconstitué grâce aux deux derniéres copies existante une qui était exploités en France et l'autre en suisse Alémanique .

l'affiche du film








_________________
Commissaire allemand : Juif, vous êtes ? Juif, vous avez l’air !
Jo : Faut mettre l’adjectif à la fin, pas au début.
Commissaire allemand : Was ?!
Jo : On dis pas « Juif, vous avez l’air » mais « Vous avez l’air Juif ». Si j’vous dis « Con vous avez l’air », c’est pas Français. C’est juste, mais c’est pas Français.
Revenir en haut Aller en bas
duke
cinéma-passion
cinéma-passion
avatar

Nombre de messages : 19481
Age : 40
Localisation : chez moi devant mon ecran
Loisirs : beaucoup
Réputation : 43
Date d'inscription : 15/07/2006

Feuille de personnage
CINE PASSION:
100/100  (100/100)
JEUX:
15/100  (15/100)

MessageSujet: Re: Les Otages - Raymond Bernard 1939   Dim 1 Juin 2014 - 9:39

Revu hier avec toujours autant d'émotion un tout bon film que je vous conseil de nouveau vivement, les acteurs sont tous excellent, il est dommage que la seconde guerre mondiale écourte son existence sur grand écran.

_________________
Commissaire allemand : Juif, vous êtes ? Juif, vous avez l’air !
Jo : Faut mettre l’adjectif à la fin, pas au début.
Commissaire allemand : Was ?!
Jo : On dis pas « Juif, vous avez l’air » mais « Vous avez l’air Juif ». Si j’vous dis « Con vous avez l’air », c’est pas Français. C’est juste, mais c’est pas Français.
Revenir en haut Aller en bas
 
Les Otages - Raymond Bernard 1939
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Languedoc - Vicomté d'Albi - Raymond-Bernard - Denier
» Chaloupe à vapeur de Bernard Retif
» (Alby) porte-char Bernard 15t DI6C 1939 FINI
» George Bernard Shaw (1856-1950)
» 1939 - 1940 - QUATRIEME CHAPITRE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
cinema passion :: CINEMA :: FILMS :: De 1930 à 1939-
Sauter vers: