cinema passion

vous aimez vous detestez,parlons-en
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Jules Berry 1883-1951

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
duke
cinéma-passion
cinéma-passion
avatar

Nombre de messages : 19481
Age : 41
Localisation : chez moi devant mon ecran
Loisirs : beaucoup
Réputation : 43
Date d'inscription : 15/07/2006

Feuille de personnage
CINE PASSION:
100/100  (100/100)
JEUX:
15/100  (15/100)

MessageSujet: Jules Berry 1883-1951   Sam 29 Nov 2008 - 14:20

De son vrai nom Jules Paufichet est né le 9 février 1883 à Poitier de parents Quincailler qui monte s'installer à Paris ou Jules effectue ses études au Lycée Louis Le Grand, il passe ensuite son diplôme d'architecture à l'école des Beaux arts, mais il est déja attiré par le théatre ou il débute à Paris d'abord, l'Antoine, l'Ambigu, Le Mathurin et le Théâtre des Nouveautés et ensuite à Bruxelle aux Galeries Saint-Hubert, ou il reste douze ans , acquérant sur scéne essentiellement dans des rôles Boulevardier dans des repertoirs variés allant d'Achard à Louis Verneuil en passant par Roger Ferdinand. Il aborde le cinéma en 1911 dans un film muet d'Henri Desfontaine "Oliver Cromwell", ou dans Shylock, le marchand de venise du même Desfontaine en 1913, mais ce n'est qu'avec le parlant qu'il montreras toute la grandeur de son talent dés 1928 avec "L'argent" de Marcel L'Herbier, il tourne chaque année plusieurs films tout en continuant une carriére théatrale son premier vrai rôle parlant il l'a dans "Mon coeur et ses millions" d'André Berthomieu aux cotés de Suzy Prim en 1931, citons aussi "Arlette et ses papas" d'Henry Roussel, "Jeunes filles à Marier" de Jean Vallée en 35 ou "Et moi j' te dit qu'elle t'a fait d'l'oeil de Jack Forrester" la même année. Il s'impose grâce a son talent, sa grandiloquence, son extravagance son aplomb et son verbe intarissable ainsi que son célébre jeu de mains. Tout cela le rend inoubliable dans "Le crime de Monsieur Lange" de Jean Renoir ou il incarne le personnage de Batala, un patron imprimeur escroc qui méne en bateau un naif ecrivain, aprés cette interprétation magistrale, il revient à ses rôles habituel de bourreau des coeurs ou de filou sympathique dans de nombreux films commerciaux comme "Rigolboche" de Christian Jacques en 36 ou "La Mort en fuite" d'André Berthomieu la même année , citons encore "L'Habit Vert" de Roger Richebé en 37 ou encore "Le voleur de femme" d'Abel Gance. Puis viennent deux de ses plus grand rôles sous la direction de Marcel Carné qui à eux seuls assureraient sa place dans l'Histoire du cinéma, "Le jour se léve" avec Arletty et Jean Gabin ou il incarne un dresseur de chien sadique en 39 et "Les visiteurs du soir" en 42 ou il retrouve Arletty, il incarne le diable dans ce dernier film, dans ces deux rôles il fait montre de tout son talent a la fois, cynique, crapulerie dans le premier, s'essayant même d'attendrir Gabin dans la scéne ou il s'invente une paternité, dans le second il est fabuleux dans le rôle du diable apparaissant dans un superbe costume du moyen age aux milieu d'un orage. Aprés ces deux roles qui sont surement le summum de sa carriére il retrouve des rôles un peu plus banals mais il est encore excellent dans des films tels que "La Symphonie fantastique" de Christian Jacque en 42 ou "Marie Martine" d'Albert Valentin en 43 ou encore "Le Voyageur" de Louis Daquin, jusqu'a son décès il se dépenseras sans compter que ce soit à la scéne ou à l'écran ou il continue de se donner en spectacle poussant le cabotinage jusqu'a l'extrême. Jules Berry arrête le cinéma en 1951 pour interpréter les textes de Jacques Prévert, Joueurs invétéré il flambait tout ses cachets dans les casinos ou sur les champs de courses, il eut des liaisons avec des actrices telles que Suzy Prim, Jane Marken et Josseline Gaël avec qui il eut une fille, Jules Berry nous quitte le 23 avril 1951 alors qu'il vient d'être admis à l'hopital Bourdais aprés une crise cardiaque, il était agé de 68 ans, je voulais le mettre un peu à l'honneur car je trouve qu'il à été oublié alors que c'est un grand monsieur du cinéma francais



avec Jean Gabin et Arletty


_________________
Commissaire allemand : Juif, vous êtes ? Juif, vous avez l’air !
Jo : Faut mettre l’adjectif à la fin, pas au début.
Commissaire allemand : Was ?!
Jo : On dis pas « Juif, vous avez l’air » mais « Vous avez l’air Juif ». Si j’vous dis « Con vous avez l’air », c’est pas Français. C’est juste, mais c’est pas Français.
Revenir en haut Aller en bas
 
Jules Berry 1883-1951
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Catégorie] A la manière de Jules Verne
» [Berry, Steve] Cotton Malone - Tome 4: La prophétie Charlemagne
» Connaissez vous Max, Jules et leurs copains ?
» [Collection] Le Livre illustré à 65 c. ( Jules Rouff)
» Festival Jules Verne Aventure (Paris 2009)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
cinema passion :: CINEMA :: ACTEURS :: acteurs européens non anglophones :: acteurs francophones-
Sauter vers: